LE CASSE-TÊTE DES DÉPLACEMENTS

J’abordais dans un précédent article la problématique de la sécurité routière à l’étranger. Lorsque nous avons déménagé en Indonésie, ce fut l’un de nos premiers sujets de préoccupation, avant même de partir. Comment allons-nous nous déplacer avec le petit singe ?

En Indonésie, il existe peu de règles concernant la sécurité routière, et elles ne sont pas forcément appliquées. Dans une voiture, il est possible de garder un enfant sur les genoux, sans siège auto et sans l’attacher. Il est également possible que la ceinture de sécurité ne fonctionne pas ou ne soit pas accessible. Je passe pour une extraterrestre et une emmerdeuse lorsque je leur demande de me sortir la ceinture de sécurité de sous le siège. Ils sont pénibles ces étrangers !

Jakarta est loin d’avoir développé les transports en commun, et il y a peu d’options envisageables pour se déplacer avec un enfant. On est loin du réseau de transport public de Tokyo.

Les Angkot, petits bus locaux, ne sont pas très confortables, sont très compliqués à prendre pour un étranger, et surtout, ne sont absolument pas sécurisés. Au moindre coup de frein, on vole.

Le TransJakarta est le réseau de transport par bus mis en place en 2004. Il est peu coûteux et très rapide car les bus circulent sur des voies réservées qui permettent d’éviter le « Macet » ([matchette], les embouteillages en indonésien) pendant les heures critiques. Cependant ces lignes de bus sont loin de desservir toute la ville et il faut souvent prendre un autre moyen de transport pour rejoindre sa destination. Pas très pratique avec un enfant.

Voir l’article Old Town avec Jakarta Good Guide pour plus de détails sur mon expérience en Angkot et dans le TransJakarta.

Aujourd’hui, nous avons également une ligne de métro qui peut nous emmener rapidement dans le sud de Jakarta (MRT Jakarta, inaugurée en Mars 2019). C’est une petite révolution et nous avons hâte d’avoir d’autres lignes. En attendant, nous devons nous rendre à la station de métro la plus proche avec un autre moyen de transport. Généralement, je prends un taxi, mais je pourrais également m’y rendre en taxi-scooter.

Les taxis-scooter GoJek et Grab sont très utilisés en Indonésie. Ils sont peu coûteux, faciles d’accès via une application mobile, et très pratiques pour se rendre rapidement à destination. En plus du transport de personne, ils peuvent également livrer des colis, les courses ou de la nourriture. Mais, on est d’accord, on oublie avec un enfant. J’ai pris un GoJek une fois. Mon taxi était à l’arrêt depuis 30 minutes au milieu du « Macet », et j’étais en retard. Waouh ! J’étais crispée mais j’ai adoré. Ah, ah, ah ! Je ne le referai pas très souvent quand même, slalomer entre les voitures ce n’est pas mon truc, trop dangereux. J’avais un casque. C’est obligatoire. Ouf ! En revanche, avoir un scooter en bon état, c’est moins certain. J’ai jeté un œil à l’indicateur de vitesse lors d’une accélération sur une route étonnement déserte. Il ne fonctionnait pas, on allait à 0 km/h. No comment.

Bajaj, Angkot et GoJek devant la Gare de Jakarta Kota
Bajaj, Angkot et GoJek devant la Gare de Jakarta Kota

À peine plus sûr qu’un scooter, un Bajaj ( qui se prononce [bajay] ) est assimilable au Tuk-tuk thaïlandais. Pratique et ludique pour faire de petits trajets et visiter la ville, mais pas vraiment un moyen de transport envisageable au quotidien.

Les taxis et les voitures avec chauffeur (Go-Car via GoJek et GrabCar via Grab) sont généralement équipés de ceintures de sécurité qui fonctionnent. Parfois cachées sous le siège. Ah, ah ! Non mais je déconne, c’est assez rare. Mais ça arrive. Ils sont confortables et abordables, bien que plus chers que tous les autres moyens de transport cités précédemment. La prise en charge d’une course en taxi Blue Bird est de Rp6500, soit environ 0,40€. C’est ce que j’utilise régulièrement pour mes déplacements dans Jakarta.

Le plus simple et le plus sûr avec notre petit singe, c’est de se déplacer en voiture. Nous avons la chance d’avoir une voiture personnelle, avec chauffeur. Ça paraît dingue dit comme ça, mais avoir un ou plusieurs chauffeurs employés à temps plein est très courant en Indonésie. Conduire à Jakarta peut être compliqué pour un étranger. Outre le fait que le volant ne soit pas du bon côté, cela peut vite être le chaos.

Et nous avons un siège auto. Nous l’avons acheté en France avant de partir. Nous savions que nous en aurions besoin immédiatement pour aller de l’aéroport à notre domicile et nous avions également plus de choix en France.

Le choix du siège auto n’a pas été simple et évident. En France, nous avons un siège auto de la marque BeSafe, avec système de fixation Isofix et dos à la route (iZi Kid i-Size BeSafe). Nous avons décidé de le laisser en France pour l’utiliser à chaque fois que nous revenons, et nous avons acheté un autre siège auto pour notre aventure indonésienne.

Il était évident que nous voulions laisser notre fils dos à la route, cinq fois plus sûr qu’en position face à la route, mais nous ne voulions pas de système Isofix. Ce système permet une installation simple et rapide et réduit le risque de mauvaise installation, mais un siège auto ceinturé, s’il est correctement installé, est tout aussi sûr. Notre voiture est équipée du système Isofix, mais nous n’en étions pas certains avant de partir. Et quand bien même elle est équipée, qu’en est-il des autres voitures que nous allions utiliser ? Toutes les voitures ne sont pas équipées de points d’ancrage Isofix. Nous étions à la recherche d’un siège auto qui permettrait à notre fils d’être dos à la route, et avec lequel nous pourrions voyager. C’est à dire un siège qui pourrait être installé dans n’importe quelle voiture, et qui soit également léger et facile à transporter partout où nous irions.

Nous avons eu du mal à trouver un siège auto dos route non Isofix. Nous ne l’avons pas trouvé en France mais sur le site suédois CarSeat.se. Il s’agit du siège auto Britax Hi Way 2, non commercialisé en France. Ce siège auto s’installe à l’aide de la ceinture de sécurité et d’un système de fixation « Tether Straps » (sangles d’attache). On utilise la ceinture de sécurité pour maintenir le siège et des sangles se fixent sur le siège avant pour empêcher le siège auto de basculer vers l’avant en cas de collision.

Siège auto

Nous l’emmenons partout où nous devons faire de la route, Bali, Yogyakarta, Bandung, Bogor et au Vietnam. Il est léger et nous pouvons l’installer dans toutes les voitures. Il voyage en soute lorsque nous prenons l’avions.

Voilà pour le politiquement correct. Maintenant, passons à l’inavouable.

Let’s talk about real life

Le week-end, pour nous déplacer aux alentours de notre domicile, nous prenons des taxis. Sans siège auto.  What ?!  Oui, tout ça pour ça.

La première fois j’étais tétanisée et aux aguets du moindre danger. Je le mets dans une écharpe de portage et je l’attache avec moi. Aujourd’hui, nous sommes plus détendus. Nous sommes généralement coincés dans les embouteillages et la voiture n’atteint jamais des vitesses élevées.

Nous utilisons notre siège auto énormément, et dès qu’on le peut. Mais notre chauffeur ne travaille pas le week-end. Dès qu’on a besoin de lui, il peut évidemment faire des heures supplémentaires, mais on ne peut pas lui demander tous les week-ends.

Petite parenthèse à ce sujet. Lors de nos premières semaines en Indonésie, mon mari faisait des longues journées de travail, ce qui laissait peu de temps au chauffeur pour se reposer. Nous lui avons demandé de nous emmener à Bogor pour le week-end, à environ une heure de route de Jakarta. Au retour, il s’est endormi au volant et nous avons fait un écart de route, heureusement sans gravité. C’était notre faute, il travaillait trop.

Alors pour nos petits déplacements dans Jakarta, nous faisons des exceptions à nos grands principes de sécurité. Les mentalités changent lorsque l’on vit à l’étranger. Et lorsque je vois un enfant, sans casque, qui s’endort à l’avant d’un scooter, je relativise. Nous avons tout de même une limite : l’autoroute. Nous ne prenons jamais l’autoroute sans le siège auto.

Bien sûr je ne suis pas très à l’aise avec ça et j’ai toujours peur.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Je déconseille de nous imiter et je recommande les sièges auto dos route jusqu’à 4 ans.

 

Je vous recommande le site Sécurange : https://www.securange.fr/

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s